La CGT met la pression sur Voynet (Le Parisien)

La CGT met la pression sur Voynet

Des dizaines d’agents en grève ont occupé l’hôtel de ville hier
JULIEN DUFFÉ | Publié le 26 févr. 2013, 07h00

Bousculades, face-à-face tendu avec les policiers municipaux sur fond de sirène de mégaphone. Une grosse centaine d’employés de la ville de Montreuil, qui avaient répondu à un appel à la grève de la CGT, ont occupé hier midi l’hôtel de ville. Une action qui s’inscrit dans un contexte déjà très tendu, au 38e jour de grève des agents du Méliès et après un mouvement de plusieurs jours dans trois services (accueil parent-enfant, affaires générales, état civil). Elle a finalement abouti sur un accord de revalorisation. Le mot d’ordre d’hier : la refonte du régime indemnitaire des agents mais aussi la dénonciation d’un climat délétère.

Une mobilisation faible selon la mairie

« Cette administration n’en peut plus de la souffrance au travail, du manque de respect, des réorganisations en permanence, des congés maladie non remplacés, de la surcharge de travail… » énumère la secrétaire de la CGT Territoriaux Claire Huot, qui comptait hier 300 grévistes, recrutés à la piscine (fermée dimanche et hier), dans les crèches, les centres de loisirs, les espaces verts…

La mairie, elle, minorait hier cette mobilisation évoquant 137 grévistes dans la matinée sur 1 500 effectivement recensés (sur 2 600 au total). « C’est une grève quasiment pas suivie et exclusivement CGT, tempère Sébastien Maire, le directeur de cabinet de Dominique Voynet. On est surtout stupéfaits du préavis : la maire vient justement de donner son accord pour ouvrir les discussions sur le régime indemnitaire des agents. On n’est pas dupes : à l’approche des municipales, certains ont intérêt à une guerre dans les services. »

Selon l’adjointe au personnel Hélène Zeidenberg, qui a reçu pendant deux heures une douzaine de grévistes, « il y avait une volonté de s’exprimer et de se compter ». Quid de la dégradation des conditions de travail? « On parle de souffrance au travail car aujourd’hui on peut la mesurer : nous avons créé un comité d’hygiène et de sécurité qui n’existait pas », réplique la mairie.

La CGT rappelle de son côté que la refonte du régime indemnitaire est promise depuis 2008 et la campagne des municipales, sans effet à ce jour.

Hier soir, au terme d’une assemblée générale, le syndicat, majoritaire chez les agents de la ville, a néanmoins décidé de suspendre sa grève après avoir reçu l’assurance d’être reçu par la maire, Dominique Voynet, mercredi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s