ACTUELLEMENT AU MELIES : QUOI DE NEUF, DOCTEUR ?

ACTUELLEMENT AU MELIES :

QUOI DE NEUF, DOCTEUR ?

 

« Le cinéma municipal a rouvert, pour le bonheur de tous les cinéphiles », annonçait paisiblement l’éditorial du programme le 11 mars dernier. Au terme d’une grève historique et quasi générale de 46 jours, les agents du Méliès ont effectivement dû rallumer les projecteurs et reprendre le travail. Avec quelles satisfactions ? Dans quelles conditions ? Qu’est-il réellement advenu de l’équipe démantelée du cinéma municipal ? Quel est son avenir ?

HIER

 

  • Quatre agents sont écartés du service, lourdement sanctionnés sur décision arbitraire, sur des motifs imaginaires, sans preuves, suite à une enquête administrative à charge menée par des personnes juges et partie ayant produit un chiffrage fantaisiste.

 

  • Six agents grévistes sont contraints de reprendre le travail le 8 mars, après 46 jours de grève, sans avoir obtenu la réintégration de leurs collègues ni aucune de leurs autres revendications.

AUJOURD’HUI

 

  • Mutées de force, contre l’avis unanime des instances paritaires, deux agents occupent dans d’autres services des postes qui ne correspondent ni à leurs compétences, ni à leur formation, ni à leur expérience.
  • Un agent pointe au Pôle Emploi.
  • Le quatrième est licencié sans préavis, sans indemnités, sans droit au chômage.
  • Tous sont dépossédés du projet dans lequel ils se sont énormément investis.
  • S’estimant diffamés par les propos tenus par la maire dans la presse nationale, les agents suspendus ont porté plainte contre elle et contre l’actuelle directrice du Méliès.
  • Des recours contre les sanctions infligées (suspension, mutation, licenciement) ont également été déposées auprès du Tribunal Administratif.

 

  • Les anciens grévistes ont repris le travail sur leurs postes respectifs dans un climat de défiance instauré par leur hiérarchie. Ils sont sans cesse soupçonnés de volonté de sabotage.
  • Management pathogène de la nouvelle direction : tentatives de division, reproches et provocations incessantes, remise en cause de l’intégrité professionnelle des agents …
  • L’équipe, accompagnée par la CGT et le CHSCT, se lance dans une entreprise de colmatage de ces brèches pour que cessent ces méthodes et la grande souffrance induite.
  • Appelée à la rescousse, une psycho dynamicienne œuvre auprès des agents pour tenter de recréer les conditions de travail normales et non anxiogènes d’avant le changement de direction imposé par la municipalité.

DEMAIN

 

Toutes et tous demandent, encore et toujours :

 

La réintégration des quatre agents brutalement écartés du service

Le retour à des conditions de travail respectueuses et motivantes

avec l’ensemble de l’équipe qui a su faire du cinéma de Montreuil

un lieu exemplaire de culture, de partage et d’intelligence.

 

Pour que vive le Méliès et son personnel !

Le 6 juin 2013

Section syndicale du cinéma Méliès

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s